Stage de DSCG à l’étranger : témoignage d’une étudiante

Effectuer son stage de DSCG à l’étranger : le témoignage de Léa

Léa Hubert, actuellement étudiante en DSCG, a choisi l’INES pour préparer le cursus de l’expertise comptable après un bac S section européenne puis une première année de Licence. À l’issue des examens de sa 3e année de DCG, Léa a souhaité effectuer un stage à l’international. Elle a intégré Constantin à Londres, membre du groupe Deloitte. L’objectif ? Mettre à profit au sein d’un grand cabinet ses acquis et pratiquer la langue anglaise, dans la perspective du DSCG.

Motivations pour partir en stage de DSCG à l’étranger

Après le DCG, j’ai choisi de réaliser un stage de DSCG à l’étranger car j’ai toujours grandement regretté le manque de mobilité des études de comptabilité. Le cursus du DCG-DSCG n’offre pas de programmes d’échanges type Erasmus. J’apprécie l’apprentissage des langues et j’attache beaucoup d’importance à l’anglais. Avant d’intégrer l’INES, j’avais suivi en fac une première année de Licence, parcours « Lettres et interculturel ». Puis, durant ma préparation au DCG, j’ai participé aux cours d’anglais des affaires proposés par l’INES en 2e et en 3e année. L’école m’a donné la possibilité de partir à Londres pendant trois mois, après les examens du DCG : cela a donc été pour moi une véritable aubaine.

Intégration au sein de l’équipe et déroulement du stage

Constantin étant membre de Deloitte France, les procédures sont rodées. Mon intégration s’est passée dans les meilleures conditions. Mon arrivée était attendue et j’ai tout de suite reçu une formation ainsi que le matériel nécessaire pour travailler. L’équipe du département comptable s’est montrée très agréable et m’a expliqué les divers travaux qui me seraient confiés.

Parmi les tâches déléguées, j’ai effectué la saisie comptable classique (type client-fournisseurs-banque), la mise en place de fichiers d’import Excel, la préparation de bulletins de paie et l’élaboration des états financiers. J’ai réalisé ce travail entièrement en anglais mais la plupart des collaborateurs sont français et la compta est calquée sur la comptabilité française pour faciliter le travail des clients. En effet, il s’agit d’une clientèle majoritairement française avec des entités basées en Angleterre.

La communication orale n’étant pas exclusivement en anglais, ce stage de DSCG à l’étranger peut constituer une bonne première expérience pour un étudiant de niveau intermédiaire, qui aura la possibilité de se familiariser avec la langue anglaise dans un contexte professionnel (beaucoup de vocabulaire comptable à l’écrit).

Se loger à Londres pour un stagiaire

Concernant la question du logement, je suis passée par une agence pour trouver un appartement. C’est un peu inévitable à Londres surtout si on n’a pas la possibilité d’effectuer de visites sur place. L’offre de logements est très importante, mais les prix restent assez élevés. Je pense cependant qu’en s’y prenant à l’avance et en ratissant les sites de logements ou les groupes d’expatriés français à Londres (sur Facebook par exemple), on peut trouver sans trop de difficultés. D’autant plus que mon stage, rémunéré (£1500/mois), m’a permis de financer la location. Il faut tout de même faire attention aux arnaques !

Pour ma part, je garde un très bon souvenir de cette expérience. Londres est une ville incroyable et le stage s’est très bien déroulé. Cela ajoute en plus une expérience professionnelle dans un Big 4 à l’étranger à mon CV, ce qui n’est pas négligeable. Si c’était à refaire j’y retournerais avec plaisir et même pour plus longtemps car ces 3 mois m’ont semblé trop courts !