Quelle réorientation après un échec aux études de médecine (PACES) ?

 

 

APRÈS PACES, L’EXPERTISE COMPTABLE

Emmanuel ADDA, ancien étudiant de l’INES, aujourd’hui expert-comptable stagiaire, explique pourquoi il a choisi l’expertise comptable.

« À l’issue de mon baccalauréat S, je me suis d’abord inscrit en fac de médecine, la fameuse PACES. Puis, après un échec, j’ai décidé de me réorienter vers l’expertise comptable. J’ai eu l’occasion de discuter avec un expert-comptable qui m’a montré les rouages du métier et présenté le cursus. Je me suis rendu compte que ces études correspondaient à mes centres d’intérêt. En effet, le cycle menant à l’expertise comptable comporte des matières aussi variées que la finance, le droit, l’informatique, la comptabilité ou les langues étrangères. Les connaissances doivent être en permanence mises à jour, selon l’actualité économique, juridique ou fiscale. Surtout, on touche au concret : le métier permet de mieux appréhender les enjeux économiques et financiers et de bien connaître l’entreprise. »

DU D.C.G. AU STAGE D’EXPERTISE COMPTABLE

Parmi les raisons qui l’ont conduit à s’inscrire à l’INES, il met surtout en avant l’encadrement et l’organisation pédagogique : « Toute l’équipe est à votre écoute. Les professeurs sont compétents et connaissent tant le programme que les enjeux de l’examen. J’ai apprécié l’ambiance conviviale et les locaux sont agréables et idéalement situés. »

Quel a été son parcours depuis son entrée à l’INES ? « J’ai effectué le cursus DCG en formation initiale, et le DSCG en préparation accélérée sur une année.J’ai choisi cette combinaison, sur les conseils du directeur pédagogique : préparer les trois années du DCG sous statut étudiant permet d’aborder les matières plus sereinement, de consolider les bases et d’approfondir les connaissances en vue du Master. J’ai pu acquérir une méthode de travail efficace pour la préparation du DSCG en un an, dont le rythme est plus soutenu. Aujourd’hui, je suis expert-comptable stagiaire en cabinet à Paris : mes missions portent sur l’audit et l’expertise. Le début du stage et la première période fiscale ont été délicats mais je me suis vite adapté et j’ai pu, à travers les contacts avec les clients, les CAC, les experts, aider à gérer le fonctionnement des entreprises. »