Barbara RODRIGUES : un parcours 100% alternance

 

 

Barbara RODRIGUES – un parcours 100% alternance

Barbara Rodrigues a suivi des études d’expertise comptable en alternance dès la première année. Après avoir validé en quatre ans seulement le DCG-DSCG, Barbara est partie un an à l’étranger pour perfectionner son anglais. Retour sur son parcours hors normes.

Objectif : concilier études et pratique professionnelle dès la première année du DCG

Après avoir validé un baccalauréat ES et effectué une année en fac d’histoire, je me suis dirigée vers les études d’expertise comptable pour la diversité des métiers. La formation DCG/DSCG pouvait aussi m’ouvrir d’autres portes que celle de l’expertise, si cette dernière ne me plaisait pas.

J’ai choisi de réaliser le cursus en alternance, et ce dès la première année du DCG. J’ai été recrutée en cabinet, en qualité d’assistante comptable. C’était pour moi la meilleure façon de savoir si le métier me plaisait et de pouvoir bénéficier d’une formation gratuite de qualité et d’être rémunérée de surcroît.

L’INES fait partie des écoles justifiant d’un taux de réussite très élevé aux examens du DCG/DSCG. En plus d’être bien situé (dans le quartier Opéra, Paris 9e), l’INES propose une formation en alternance dès la première année du DCG. Les professeurs sont d’un haut niveau, avec de bonnes connaissances, tant techniques que pratiques. Et l’équipe administrative est toujours là pour nous faciliter la vie !

Le challenge du DSCG sur 1 an en alternance

L’INES est la seule école à préparer toutes les UE du DSCG en un an et en alternance. La formation se déroule en deux temps. Une première période est consacrée à la préparation de trois épreuves écrites de l’INTEC (équivalentes à celles de l’État), qui ont lieu mi-juin. Dans une seconde phase, les cours se concentrent sur quatre épreuves du DSCG prévues fin octobre (dont l’UE 1 & 4, obligatoires pour valider le diplôme d’État).

J’ai souhaité effectuer le DSCG en 1 an en alternance simplement pour relever un challenge personnel. Il s’agit d’une aventure un peu audacieuse. Compte tenu de la charge de travail à l’INES et en cabinet, cette année a été effectivement très intense et éprouvante. Notamment en juin, lorsqu’il a fallu commencer les matières de droit et de comptabilité. Mais je pense sincèrement que lorsque l’on s’investit à 100% dans la préparation, c’est un défi réalisable. En tout cas, je ne le regrette pas !

Des projets ?

Après le DSCG, j’ai décidé de partir à Toronto (Canada) car il est aujourd’hui indispensable de maîtriser l’anglais dans nos métiers. C’est une très belle expérience que je recommande.

À mon retour, je n’ai pas de projet arrêté. Pourquoi pas effectuer un VIE avant de, peut-être, me lancer dans le stage d’expertise comptable…

 

Propos recueillis auprès de Barbara Rodrigues